Vendredi 15
3d. Une autre lecture des classiques

› 15:50 - 16:30 (40min)
› AT8
Une relacture kantienne de l'économie politique classique
Claude Roche  1, *@  
1 : Laboratoire d'innovation pédagogique  (UCL - LIP)  -  Site web
Institut national des sciences et techniques nucléaires
60 bd Vauban - Lille - 59 200 -  France
* : Auteur correspondant

Ce travail est une relecture d'inspiration kantienne de la genèse de l'économie politique classique, dont nous voulons montrer que l'histoire des idées a occulté un aspect essentiel. Se référer à Kant signifie que nous voulons interroger la dimension ontologique de cette pensée classique, c'est-à-dire la manière dont elle s'est constituée comme mode de connaissance spécifique et à prétention scientifique de l'économie.

Or à la comprendre en ce sens on est conduit à questionner les conditions a priori qui l'ont autorisée à se constituer ainsi : ces conditions étant d'ordre logique et politique (précisément d'ordre institutionnel). Et nous opposerons cette approche à la méthode a-critique des économistes, lesquels se sont limités à tracer le contenu positif des théories classiques, se montrant incapables d'en montrer le caractère problématique

En référence à Schumpeter et Marx, nous mènerons ce débat en deux temps

Le marché en tant qu'objet de connaissance

Nous expliciterons d'abord, mais en termes économiques, cette notion de connaissance possible qui est au cœur de la philosophie critique.

Pour Kant la valeur d'objectivité d'une connaissance s'explique par l'existence de conditions a priori, lesquelles recouvrent la possibilité de connaître la réalité par l'expérience. L'« objet de connaissance » se distingue donc du réel, dit « chose en soi », mais sera déterminé par les contraintes de sa représentation et de sa quantification, contraintes qui définissent pour Kant les règles d'un savoir à prétention scientifique.

Or s'il est une discipline qui relève de cette qualification c'est bien la connaissance économique tant son rapport au réel dépend de la mesure monétaire. Et l'on regrettera que l'histoire des idées l'ait ignoré : car derrière cette discussion c'est non seulement le sens, mais la valeur même de la théorie économique qui se voit revisitée.

La théorie économique : un mode de connaissance institué

Partant notre propos sera de comprendre la pensée classique comme un effort pour penser la réalité comme objet connaissable et préalable sur le plan logique à l'élaboration de ses propres théories.

Et nous soulignerons deux points

  • Cette notion d'objet de connaissance donne le sens originel de ce qu'on appelle le marché, qui désigne in fine l'hypothèse d'homogénéité et d'interdépendance des transactions dans un pays (alors qu'auparavant on pensait « les marchés » de façon éclatée)

     

  • Cette définition dépend de deux conditions : la mesurabilité physique des biens que Malthus et Ricardo ont pointée, mais aussi l'existence d'une institution financière efficiente (implicite chez Ricardo, explicite chez Locke). En ce sens le savoir économique est institué

 La conséquence sera évidemment que la validité de toute théorie économique dépend de l'effectivité pratique de ces conditions. Et ce sera notre conclusion. Car tel a été le cas sur une longue période, ce qui explique les succès de la science économique. Mais tel l'est de moins en moins aujourd'hui : autant du fait de la dérive financière que de la montée d'une économie de la connaissance par essence immesurable.

Là réside pour nous l'origine de la crise de la pensée économique



  • Présentation
Personnes connectées : 1